Hollande-Demission.fr

Un avenir pour la France ?

Il y a un an jour pour jour, le 4 janvier, j’ai exprimé l’impossibilité de continuer à diriger le mouvement que j’avais fondé, Hollande-Demission

3 jours après, le 7 janvier 2015, le despote profitait d’une première vague d’attentats pour se refaire la côte. Depuis il a pris toutes les mesures possibles pour que puisse se renouveler ce scénario. (C’est à dire qu’il n’a rien fait). En effet, le drame appelle les Francais qui ont peur à faire bloc derrière le détenteur (même illégitime) de l’autorité. La répétition morbide de ce scénario a vu le président Chrysanthème médiatiser la réponse aux attentats comme une forme de légitimation de son autorité. Bien sûr entre les deux vagues il n’a pris aucune mesure réelle qui aurait pu empêcher ce que par dessus tout il pouvait souhaiter: que les citoyens apeurés viennent à lui après une seconde vague d’attentats.

 

D’abord, il faut estimer Hollande à sa juste valeur. Nul ne peut aussi bien déguiser machiavélisme et habileté cynique derrière une bêtise bonhomme adepte de la petite blague. Il est l’héritier de Mitterrand, l’ambitieux qui a réussi le grand écart entre le pétainisme opportuniste et le socialisme comme seul moyen de devenir président.

L’affaire Urba amnistiée en assemblée et les autres scandales de deux septennats auront été autant d’iniatiations à celui qui sut demeurer secrétaire du Parti, jusqu’à survivre à des candidats sûrement plus compétents que lui – sauf sur le plan des intrigues bien sûr – et profiter de la vague « anti-sarkozy » pour se faire élire.

J’ai déjà détaillé, et je-re démontrerai encore, en quoi la 5ème république s’apparente plus à un féodalisme électoral clientéliste qu’une réelle démocratie. Et ce, bien qu’elle soit auréolée de ses débuts par un libérateur de la France. D’un paternalisme bénévolent mais monarchique, elle est peu à peu devenue une collection d’intérêts bourgeois capturés par une élite anti-démocratique, voire anti-française, sans pour autant être moins monarchique. Une autocratie- mafieuse. Mais le sujet est long, et ceux qui sont amoureux de la démocratie connaissent bien les défauts du système.

Ce qui compte, c’est l’avenir

Hollande DEMISSION était un mouvement à visée démocratique qui profitait d’un désir de renouveau. Les conditions ont changé. Je remercie les nombreux et énergiques militants qui ont perpétué le mouvement. Et je les remercie de continuer à le faire !

La Banderole en action par des militants organisés

La Banderole en action par des militants organisés

Aujourd’hui il faut penser aux chances de la France. Maximiser l’opportunité de réformer le système. Comment ?

La réflexion est entière. Il ne faut pas désespérer. Et bien sûr, il faut commencer par créer les conditions d’une union qui permette de faire barrage aux forces de la corruption.

Le slogan change de sens, mais il reste porteur d’une envie puissante de rénovation :
Hollande DEMISSION

Laisser un commentaire